Aberration 2 : la Fiche Connaissance Client

L’aberration 2 concerne un élément essentiel de la relation Client : la Fiche connaissance client. C’est sur elle que repose le fameux devoir de conseil, l’adéquation du produit à la situation, la Lutte Anti-Blanchiment,…Mal remplie ou absente, les régulateurs sanctionnent. Et pourtant, il y a autant de modèles que de fromages en Europe.

Constats:

Chers tous,

  • Je ne comprends pas pourquoi il y a autant de modèles de Fiche Connaissance Client dans le monde de l’Epargne.
  • Tout le monde y va de son côté créatif ou conformiste : les CGP (CIF, IAS, IOBSP,..), les compagnies d’assurance, les associations de CIF, les développeurs d’outils de gestion de patrimoine,…
  • Exemple d’un CGP standard: son association CIF a un modèle, son outil de gestion de patrimoine lui propose un modèle, lui-même fait son propre modèle car vraiment ni l’une ni l’autre ne lui conviennent, chacun des 4 assureurs, 3 sociétés de gestion, 5 banquiers qu’il utilise a son propre modèle dans les bulletins de souscription;
  • Ce sont ainsi des milliers, que dis-je, des centaines de milliers d’heures qui sont ainsi gaspillées à faire, défaire, refaire, ajuster, peaufiner ces modèles, notamment dans les services juridiques, et, pour les informaticiens (ne les oublions pas), à paramétrer, tester, pester,…
  • Ce sont également des milliers, que dis-je, des centaines de milliers d’heures qui sont ainsi gaspillées à écrire en double, en triple les informations que le CGP a (durement!) récupérées auprès de son client et qu’il lui faut réinscrire sur les supports de souscription;
  • idem pour le client qui doit donner 2, 3, 10 fois les mêmes informaticiens à chaque conseiller!
  • Et je ne compte pas la matière grise évaporée à faire cet administratif, matière grise non productive, non utilisée pour créer de la valeur ajoutée .. quels coûts d’opportunités incommensurables !!

 

Propositions:

Bref…dans une période où il faut faire des économies partout, nous proposons aux compagnies d’assurance, sociétés de gestion, CGP, associations professionnelles,..

  • qu’un modèle unique de Fiche Connaissance Client (« FCC ») soit rédigé (type modèle CERFA);
  • qu’elle soit propriété du client et transmise par lui dès que nécessaire, au même titre que sa carte vitale;
  • que cette fiche soit valable pour toute souscription de produit ou service d’épargne et qu’ainsi, elle puisse être jointe à n’importe quel bulletin de souscription des contrats d’assurance-vie, de FIP, de FCPI, crédit… en somme à toute opération nécessitant une connaissance client;
  • qu’elle soit complétée ou réactualisée une fois par an a minima;
  • que son contenu soit défini à deux niveaux :
    • un niveau minima satisfaisant l’AMF et l’ACPR (qui auraient l’occasion non pas de valider mais au moins d’exprimer un « nous prenons acte de l’existence de la FCC » positif).
    • un niveau plus précis, plus proche d’une approche d’audit global

Par un sursaut de salut public, nous demandons donc des états généraux de la FCC !!